Le point de vue organisationnel est trop souvent oublié par les informaticiens qui conçoivent des applications.

Les dimensions informationnelles et fonctionnelles au cœur du logiciel font l’objet de modèles bien connus; les diagrammes de classes pour le point de vue informationnel, les diagrammes de séquences ou d’activités pour le point de vue fonctionnel, mais le point de vue organisationnel n’est le plus souvent vu qu’à travers les données qui caractérisent l’organisation.

L'organisation et ses modèles
Figure 46 : L'organisation et ses modèles

Ce chapitre montre l’importance de modèles « multi-point-de-vues », avec une vue « organisation ».

Une entreprise s’organise d’abord de manière visible géographiquement, avec des sociétés juridiques par pays, des sites logistiques ou de production, des agences, des dépôts… et donc un ensemble d’adresses…

Mais elle s’organise aussi à travers ses modes de distributions, en direct, par un distributeur, en ligne… qui se traduisent par un marketing différent, des objectifs et des responsabilités, et donc une organisation commerciale en « canaux de l’organisation géographique.

Toute entreprise a aussi besoin d’un contrôle de ses coûts, enregistrés dans un système comptable qui les classe par « centre de coûts », pour responsabiliser un décideur sur un budget. Ces centres de coûts sont différenciés souvent par nature d’activité (achats, production, communication…) alors que la valeur créée est liée au résultat transverse par canaux de distribution, ce qui conduit le plus souvent à définir des « centres de profits » (Business Unit) qui peuvent être des entités juridiques ou non, mais qui ont un « patron » responsable du résultat. Et bien entendu, il y a toujours une organisation hiérarchique qui gère les décisions de recrutement, rémunération et de carrière.

Modélisation ARIS vue organisationnelle
Figure 47 : Modélisation ARIS vue organisationnelle

Si dans une PME, il y a un patron, qui dirige au plan hiérarchique, commercial, logistique, de gestion… et que ces différents points de vues sur l’organisation sont les mêmes, plus l’entreprise est grande, et plus chaque point de vue de l’organisation (commercial, de coût, de résultat, géographique, hiérarchique…) est le résultat d’une histoire et différent des autres. On a souvent des « matrices » qui montrent une organisation sur deux critères (hiérarchique et économique par exemple). De plus, l’organisation est souvent changeante…

Pourtant, ces différentes structures sont fortement dépendantes, et le système d’information doit donc affecter une donnée, une transaction aux différents points de vues de l’organisation, ce qui se traduit par un modèle des données organisationnelles complexe…


Modèle organisationnel et ERP
Figure 48 : Modèle organisationnel et ERP

Ce méta-modèle présente les construits organisationnels du langage ARIS et leurs relations, dans un modèle de type organigramme ». On distingue par exemple les notions de poste de travail et de personne, de centre de coûts et d’unité organisationnelle, de personne interne et de personne externe…

La gestion des données organisationnelles dans un ERP a plusieurs usages qui se traduisent par des droits, des filtres, des données dans les écrans de l’ERP pour identifier les décisions, les accès et les rôles de chacun.

Le modèle organisationnel SAP

SAP propose une représentation de son modèle organisationnel à travers des briques colorées pour chaque structure organisationnelle gérée dans la base de données de SAP.

Structure entreprise SAP
Figure 49 : Structure entreprise SAP


Carte structure d'entreprise SAP
Figure 50 : Carte structure d'entreprise SAP

Cela conduit à des « cartographies organisationnelles » orientées vers la gestion administrative (paie, contrôle de gestion), la logistique (magasins, dépôts..), le commercial (canaux, agences…), mais aussi le stock (entrepôt, emplacement…) ou la production (atelier, chaine, site…)