Une approche semble bien adaptée aux projets ERP. Centrée non sur les tâches à réaliser, mais sur les objectifs à atteindre, on l’appelle «gestion de projet dirigée par objectif (Goal Directed Project Management) ». Elle propose d’identifier des objectifs intermédiaires qui constituent un « chemin » de réalisation du projet, de l’initialisation pour se mettre d’accord sur… la méthode, à la clôture du projet après les réserves levées…

Impact des changements dans une entreprise : humains, organisationnels et techniques

Figure 51. Méthode GDPM (PSO, milestone)

La méthode GDPM propose de classer ces objectifs intermédiaires selon le type de changement qu’ils impliquent, souvent liés à la direction qui prend en charge ce changement. Elle différencie les aspects organisationnels (O), humains (P pour personnes), et techniques (S pour Système), en considérant qu’on peut regarder le projet du point de vue technique et identifier des jalons intermédiaires, puis du point de vue des personnes… On parle de  « PSO ». On peut raffiner en distinguant les techniques liées aux infrastructures, celles liées aux ERP, celles liées aux développements nécessaires… qui ne relèvent pas nécessairement des mêmes acteurs… De même, on peut distinguer les aspects organisationnels (processus) et les aspects personnels (définition de postes, formations…)

On représente alors de manière synthétique un projet sous forme d’un « diagramme des jalons »

Représentation du diagramme des jalons
Tableau 7 : tableau des jalons

Un diagramme des jalons est un tableau identifiant les jalons en ligne, et les rôles1 en colonne. Chaque cellule précise la responsabilité de l’acteur sur ce jalon, qui peut être définies en utilisant le code « RACI » (réalisateur, autorité, consulté, informé…) ou être définit spécifiquement pour un projet.

Les jalons doivent toujours être formulés sous forme d’un « résultat atteint », c’est-à-dire d’un substantif qualifié par un participatif passé (« contrat signé », « équipe formée », « modèle validé »…). Un jalon doit être mesurable et réaliste. Les tâches nécessaires pour le réaliser pourront être modélisées pour gérer un Gantt et outiller la planification de projet, mais ce n’est pas obligatoire. Le tableau des jalons est à la fois un outil de construction du projet mais aussi de suivi. On peut lui ajouter des colonnes avec des charges de travail par rôle, des estimations de coûts, de date de fin… Chaque jalon a nécessairement un responsable identifié et qui doit être de fait le « chef de projet » du jalon.

Ce tableau est un excellent outil d’initialisation de projet pour permettre un vrai partage de l’organisation de projet par l’ensemble des acteurs. Il fait souvent partie du plan projet.