Méthode développée dans les années 2000 en France à partir de projets (SAGEM, AXA, armée de terre, CAF… ) Un institut Praxeme a été créé en 2006 et la méthode a été internationalisée depuis 2010.

Praxeme est une méthode qui couvre tous les aspects de l'entreprise, de la stratégie au déploiement, les procédés de conception du système d'information et des systèmes informatiques de l'entreprise, incluant une modélisation sémantique qui tire profit de l'approche orientée objet, pour formaliser la connaissance des fondamentaux d'un métier.

Praxeme veut s'inscrire dans la tradition méthodologique des trente dernières années et reprendre les héritages de Merise, de TACT, des méthodes d'analyse-conception, du framework Zachman... qu'elle actualise avec les avancées récentes (SOA, BPM, ontologies, terminologie...), en les articulant conformément au standard MDA. Elle recourt à la notation UML


Le cadre de référence PRAXEME (Topologie du Système d’Entreprise)

Les aspects couverts par Praxeme : sémantique, logique, logistique, physique, géographique, pragmatique
Figure 78. Praxeme : Topologie du S.E.


  • Aspect Intentionnel : morale de l’entreprise, finalités (pour la vision, un langage commun…)

  • Aspect Sémantique : connaissance, fondamentaux du métier (formaliser les Objets Métier)

  • Aspect Pragmatique : activités et organisation de l’entreprise (rôles, processus…)

  • Aspect Géographique : géographie de l’entreprise, virtualisation, télétravail…

  • Aspect Logique : intermédiaire entre métier et technologie, pour faciliter la conception des systèmes techniques (équipements).

  • Aspect Logistique : ensemble des ressources techniques au service de l’activité (logiciels, matériels, moyens logistiques)

  • Aspect Physique : Système Entreprise déployé et ressources localisées : dimensionner, accompagner le changement, analyser les retours

Le schéma PRO3

La méthodologie couvre trois grands chapitres (plutôt que "dimensions") :

  • Produit : l'objet que nous construisons ou transformons ;

  • Processus : l'organisation collective des activités de construction ou de transformation ;

  • Procédés : le détail des modes opératoires.

Triangle représentant le schéma PRO3 (finalité, procédé, processus)

Figure 79. Praxeme: Le schéma PRO3


D'où l'appellation mnémotechnique : PRO3 ("pro cube"). Ce schéma reprend la dichotomie classique Produit / Production en distinguant, dans ce dernier pôle, ce qui relève du collectif (les processus) et de l'individuel (les procédés).

La question de la finalité surmonte ce tripôle. Elle élargit le discours à la démarche qualité.

Les rubriques de Praxeme

La méthode et tout ce qui permet de la mettre en œuvre, sont regroupés dans une structure générale dénommée « organum »   (référence au terme "Organon" qui désigne l'ensemble des livres de logique attribués à Aristote) qui contient un thesaurus (la terminologie), un espace pour la communauté (chorus), une documentation (corpus), la méthode elle-même (modus), un espace de capitalisation (opus) à partir des projets réalisés (Opera), des outillages, notamment outils de modélisation (apparatus)…

Les différentes rubriques de Praxeme : Focus, Thesaurus, modus, chorus, apparatus, opus, opera, corpus, syllabus

Figure 80. Les rubriques Praxeme de l'Organum

Praxeme et l’agilité

Praxeme prend en compte l’agilité pour dépasser la dichotomie analyse-conception et rendre compte de l’ensemble de la chaine de transformation de l’entreprise, y compris les activités d’exécution, les plus importantes en volume. Cela permet une articulation entre les opérations et la transformation, pour augmenter l’agilité de l’entreprise, sa capacité à s’adapter rapidement.

Roue de Deming : act, plan, do, check
Figure 81. La roue de Deming adaptée...

Ce tripôle Analyse-Conception-Exécution peut être analyser avec la roue de Deming (PDCA), permettant d’établir un parallèle avec la démarche qualité. L’analyse mord sur la partie « check ». Ceci signifie qu’il y a deux niveaux de vérification ou, plutôt, deux niveaux de prise en compte des résultats d’observation :

  • l’un, courant, avec prise de décision par les producteurs (exécutants) ;
  • l’autre, plus exceptionnel, qui s’inscrit dans la boucle d’amélioration des pratiques.

Mobiliser tous les acteurs en vue de l’amélioration permanente

La méthode associe dans la transformation, les rôles des activités de transformation comme d’exécution (les opérations).

La transformation commence avec un certain niveau d’analyse « méta » qui exploite les observations internes et externes, prend de la distance par rapport aux pratiques existantes et soulève les questions sur le fonctionnement de l’entreprise. Ces données sont reprises dans l’acte de conception qui consiste à imaginer de nouveaux fonctionnements.

Le manager opérationnel est non seulement responsable du fonctionnement courant, (l’exécution, y compris la vérification), mais il doit aussi avoir un regard sur la transformation.

Cette philosophie peut se résumer en un mot d’ordre : « Tous acteurs de la transformation ! ».